Vu la convention de partenariat signée à Dakhla le 5 mai 2018 dans le cadre de l’Université Ouverte de Dakhla, plusieurs présidents d’associations africaines ont tenu récemment à Casablanca l’Assemblée Générale constitutive du Forum des Associations Africaines d’Intelligence Economique (FAAIE). On nomme les présidents du Centre CANE SOPEL International du Sénégal, de Think Tank Vigilances Intelligence et Prospective de Côte d’Ivoire, du Centre Africain de veille stratégique du Congo Brazzaville, du Réseau Nigérien d’Intelligence économique, de l’Association Tunisienne d’intelligence économique, de l’Association Tchadienne d’Intelligence économique, de l’Association Marocaine d’Intelligence économique et de l’Association d’Etudes et de Recherches pour le Développement du Maroc. 

Lire la suite : Le Forum des associations africaines d’intelligence économique voit le jour

La concurrence qui s’installe et se renforce entre les banques traditionnelles et opérateurs mobiles, transforme le marché des services financiers mobiles. Disposer d’un réseau de distribution étendu est l’un des enjeux primordiaux dans les pays émergents : l’Agent Banking pour les banques ou la mise en place de nouveaux partenariats de distribution pour les opérateurs télécom sont des exemples de stratégie déployés pour recruter de nouveaux clients. Mais qui aura le dernier mot ?

Lire la suite : L’Agent Banking : est-ce une alternative des banques face aux offres de Mobile Money en Afrique ?

 

De nos jours, la technologie est un facteur indispensable dans notre vie, elle est présente dans tout ce que nous faisons, améliorant nos façons de vivre, de travailler et de faire l'expérience du monde. Mais il y a une plus grande transformation en jeu - un passage au-delà du numérique, dans une ère où la technologie est intégrée dans chaque interaction, une notion que l’on nomme Intelligence Artificielle.

Lire la suite : Entreprise intelligente : le cas de l’Afrique du Sud

Engagé pour l’emploi au Maroc, Sofrecom Maroc a conclu avec le ministère, la Caisse de dépôt et de gestion, et l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences une convention d’accord pour la création, en partenariat avec 4 autres entreprises de services du numérique, d’un centre de formation en développement informatique au sein de Casanearshore pour accroître significativement l’offre de développeurs qualifiés.

Lire la suite : Sofrecom Maroc compte mettre en place un centre de formation en développement informatique

Pour payer les frais de travaux de construction d’un réseau de fibre optique de 7000 km de longueur, l’Agence française de développement (AFD) a accordé un prêt de 110 millions d’euros (72 131 147 540 FCFA) à la République de Côte d’Ivoire. En effet, Bruno Leclerc, le directeur de l’AFD en Côte d’Ivoire, et Euloge Kipeya, le directeur général de l’Agence nationale de service universel des télécommunications-TIC (ANSUT) ont signé une convention pertinente à Abidjan.

Lire la suite : Déploiement de la fibre optique en Côte d’Ivoire accéléré par un prêt de l’AFD

L'industrie française des câbles (électriques, télécoms) est confiante dans une nouvelle année de croissance en 2018, soutenue par les investissements dans les réseaux d'énergie et de communications, après une production en hausse de 2,5% en 2017.

Lire la suite : France : développement de la fibre optique soutient la croissance de l’industrie des câbles

L’Agence spatiale algérienne (ASAL) représentée par son directeur général Azzedine Oussedik et l'Agence nationale spatiale sud-africaine (SANSA) représentée par sa directrice générale Andiswa Mlisa, ont signé un protocole de coopération scientifique et technologique au Centre international de Vienne, en Autriche, en parallèle avec le symposium qui a été organisé par le Bureau des Nations Unies pour les affaires spatiales (UNOOSA).

Lire la suite : Deux agences spatiales africaines signent un accord de coopération technologique

Le ministre des Finances du Kenya, Henri Rotich, a proposé un projet d’augmentation des frais sur les transferts d’argent via mobile. Mais, Safaricom, l’opérateur téléphonique kenyan l’a rompu puisqu’il s’agit d’une montée des taxes de 2% pour atteindre 12% pour augmenter les recettes publiques.

Lire la suite : Non à l’augmentation des taxes ciblant le transfert mobile d’argent au Kenya